June 2018 - Deck & Donohue

A grapevine wood smoked beer for Le Verre Volé

By | ENGLISH | No Comments

“After a first few brews along the years, I started to brew more seriously, but still as an amateur, in 2010. I had always appreciated smoked beers (I went all the way to Bamberg and back in 2005 just to taste the Aecht Schlenkerla right from the source) and after brewing a smoked amber ale, I brewed a smoked blond ale at the end of August 2013. (40% smoked malt and Strisselpalt hops from Alsace).

At the time I was living near Oberkampf and I was going regularly to the grocery shop of Le Verre Volé. I had brought a few bottles there during fall, including this smoked blond ale. Thomas, who oversaw the grocery shop liked it very much, and assured me he would be a client once the brewery opened – he kept his word and became one of our first clients – and that we should brew this particular beer.

Five years later I received a text: “Hey! So, when are you going to brew this lightly smoked beer we talked about? Do you think it is possible? The memory of the one you brought to me a few years ago came rushing back this morning!”

We talk about it, and Thomas has an idea: smoking the malts with vine stocks. This idea is intriguing and exciting because people usually brew smoked beer with pre-smoked malts, so taking care of this aspect of the process suddenly became a new field of experimentation. Thomas gave us grapevine wood from Xavier Caillard, a rare wine-grower settled in the Loire region, which were later shredded by a kind public gardener near the brewery. After three hours of smoking, it was hard to tell if the malt was smoked enough or if we were just filled up with smoke. But after letting the malt rests for an entire day, it seemed that our objective was complete.

The aim wasn’t to make a “meaty” beer or too strongly smoked, but more a lightly crisp smoke, a beer that you could enjoy without realizing that it was a smoke beer, a beer not too heavy and drinking quite nicely. In the end, the smoke malt accounted only for 25% of the total. After 2 test batches of 20 liters, we decided to make a full brew in Montreuil at the beginning of May.

For the label, Thomas called his friend Max Parsons who took the picture of a vine, and David Rager our graphic designer included it in our usual “Deck & Donohue” frame with a discreet and refined label, without a name.

I am particularly proud of this joint effort with Thomas and Le Verre Volé, it is for projects like this one, based on long term relations and encounters, that our job makes sense. The fact that a place famous for its wine list and its taste choices wants to have its own beer pleases us a lot, and it is even better when the beer has a specific story and particularity!

We hope you’ll take as much pleasure in drinking it as we enjoyed brewing it! You can taste it at Le Verre Volé, rue de Lancry , at the grocery shop of Le Verre Volé, rue de la Folie Méricourt, at our workshop, and also in different cellars and restaurants. You’ll also be able to enjoy it on the   22nd of June at Le Perchoir de l’Est (Allée de l’Est, 75010) !

https://www.facebook.com/events/602742560090800/

Une biere fumee aux ceps de vigne pour Le Verre Vole

By | FRENCH | No Comments

“Après quelques premiers brassins au fil des ans, j’ai commencé à brasser plus sérieusement en amateur à partir de 2010. J’avais toujours apprécié les bières fumées (j’avais fait un aller-retour à Bamberg en 2005 pour goûter la Aecht Schenkerla à la source) et après une première ambrée fumée, j’ai brassée une blonde fumée fin août 2013 (40% de malt fumé, houblon alsacien Strisselspalt).

J’habitais à l’époque près d’Oberkampf et j’allais souvent à l’épicerie du Verre Volé. J’avais apporté quelques bouteilles là-bas à l’automne, dont cette blonde fumée. Thomas qui gérait l’épicerie l’avait beaucoup apprécié, il m’avait dit qu’il serait client dès que la brasserie existerait – il a tenu parole et était un des clients du premier jour – et qu’il faudrait que nous la brassions un jour.

 

Cinq ans plus tard, je reçois un sms : “Et dis-moi, à quand cette bière légèrement fumée pour le verre volé ? ça te parait possible ? j’ai eu le souvenir ce matin de celle que tu m’avais apportée à l’épicerie”.

On en reparle, et il a l’idée d’utiliser des ceps de vigne pour la fumaison. C’est une idée qui nous séduit, parce qu’en général quand on brasse une bière fumée on achète le malt déjà fumé, s’en occuper nous-même devenait donc un nouveau champ d’expérimentation. Thomas nous a rapporté des ceps de vigne de Xavier Caillard, vigneron rare installé dans la Loire, qui ont été par la suite réduits en sciure par un jardinier municipal bien intentionné. Après trois heures de fumage, il est difficile de savoir si le malt est suffisamment fumé ou si c’est nous qui sommes complètement imprégné par le fumage. Cependant, après avoir laissé le malt reposer jusqu’au lendemain, l’objectif semblait avoir été atteint.

 

On ne cherchait pas à faire une bière lardée ou trop marquée sur les notes fumées, plutôt une bière qui puisse être apprécier sans même nécessairement se rendre compte qu’elle est fumée, avec une belle buvabilité et sans lourdeur. Le malt fumé n’a représenté finalement que 25% du malt total. Après 2 tests en 20l, on est passé à un brassin complet à Montreuil début mai.

Pour l’étiquette, Thomas a fait appel à son ami Max Parsons qui est parti d’une photo de vigne, et David Rager notre graphiste a intégré cela dans notre cadre « Deck & Donohue » avec une étiquette très épurée et discrète, sans nom.

Je suis particulièrement fier de cette collaboration avec Thomas et le Verre Volé, c’est pour des projets comme celui-ci, dans la durée et le fruit de rencontres, que notre métier a du sens. Le fait qu’un haut lieu du vin et du goût veuille avoir « sa » bière fait aussi vraiment plaisir, et encore plus que ce soit autour d’une bière qui ait une histoire et une vraie typicité !

 

On espère que vous prendrez autant de plaisir à la boire qu’on a pris à la faire ! Vous pouvez la retrouver au Verre Volé rue de Lancry et à l’épicerie du Verre Volé rue de la Folie Méricourt, à notre atelier, et chez nos amis communs cavistes et restaurateurs ! Vous pourrez également la déguster au cours d’une soirée le 22 juin au Perchoir de l’Est (Allée de l’Est, 75010) organisée par l’équipe du Verre Volé et Atangana Records !”

https://www.facebook.com/events/602742560090800/